mercredi 17 octobre 2012

L’Union européenne est prix Nobel de la Paix

A l’origine de l’Union européenne, Robert Schuman, le 9 mai 1950, faisait un constat : « La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent ». Ce constat est plus que jamais d’actualité.

Le prix Nobel de la Paix, attribué la semaine dernière à l’Union Européenne, nous remémore ainsi l’essentiel. Alors que les questions économiques mettent à mal le sentiment européen, ce prix rappelle à tous les citoyens le but premier de la construction européenne, celui de la préservation de la Paix et des libertés fondamentales sur notre continent alors meurtri par les guerres.

La Communauté économique du Charbon et de l’Acier (CECA) tout d’abord, puis la Communauté économique européenne (CEE), l’Union douanière, les accords Schengen, jusqu’au Traité de Lisbonne ont permis de réaffirmer et de renforcer un sentiment de communauté et de préserver la paix en Europe.

Progressant dans le sens d’une politique étrangère commune qui doit être basée sur la charte des droits fondamentaux, l’Union joue aussi un rôle croissant dans la progression de la paix dans le monde. Si elle sait continuer son intégration avec exigence et écoute, elle jouera ce rôle avec d’autant plus de force et de sérénité. Ce prix Nobel n’est pas qu’une récompense à un effort passé, il est aussi une responsabilité pour l’avenir.

Gardons à l’esprit le passé, rappelons ce qui nous unis, afin de ne pas céder à l’ « Euroscepticisme ». Défendons l’intégration européenne. Persévérons dans la construction d’une Etat fédéral européen. Attachons nous à ce qui nous rassemble pour continuer l’Europe.

Conscients de cette responsabilité pour les générations futures, les Young Democrats for Europe et, en leur sein, les Jeunes Démocrates, s’impliqueront en ce sens.

« Que le fils de l’Europe s’en éloigne et, dépaysé, il se rendra compte de ces traits communs à tout le continent. Il viendra à se dire que si, en Europe, on parle souvent des différences qui distinguent et parfois séparent les Européens, hors d’Europe on rêve à ces choses profondes et tacites qui nous sont communes »
Salvador de Madariaga


Hélène Courades
, 1ère Vice-Présidente des Young Democrats for Europe
Adeline Blais
, Trésorière des Young Democrats for Europe
François-Xavier Pénicaud
, Président des Jeunes Démocrates

mercredi 13 juin 2012

Message de Jérémy Coste (Nouveau Centre), au lendemain du premier tour des législatives


Réflexion sur la situation du Centre...

En ce lendemain de 1er tour, je tiens à féliciter tous les candidats centristes éliminés ou qui se sont maintenus. A ces derniers, je leur souhaite bonne chance pour l'emporter dimanche 17 juin.

Mais la réussite des uns ne doit pas nous aveugler et faire oublier la difficulté des autres à exister.
L'enseignement que j'en tire quand j'observe les difficultés de faire campagne avec si peu de moyen, de visibilité et de militants, ou que des candidats de grands partis font des scores à 2 chiffres sans connaitre leur circo, c'est qu'un parti puissant est nécessaire pour être entendu.

Les électeurs ont besoin de repères. Force est de constater que les candidats des partis centristes dans leur très grande majorité paient la division de nos ainés en ne parvenant pas, la plupart du temps, à dépasser 5%.
C'était justement pour éviter de vivre cela que mon intuition m'a poussé à dialoguer avec tous. Cela fait 2 ans que je me bats pour que la famille centriste se rassemble.

D'abord autour des Jeunes, puis des ainés au moment de la présidentielle quand j'ai souhaité que NC, PR et MODEM trouvent un terrain d'entente au-delà des égos.

Aujourd'hui, le Centre qu'il soit de centre-droit ou indépendant, est absent et ridiculisé. Car soit nous gagnons uniquement grâce à l'UMP (qu'on peut remercier...) soit nous faisons des scores en deçà des 5%. Autant dire, des scores qui n'inspirent pas confiance.

Il est donc incontestable que les choix et les stratégies de nos dirigeants atteignent leurs limites.

Nous, les nouvelles génération centristes, nous les militants, nous les dirigeants des fédérations, nous qui souhaitons faire vivre notre famille, nous voulons que ces derniers agissent avec responsabilité et qu'ils ouvrent les yeux.

On ne construit pas un parti et une famille politique uniquement sur quelques députés sortants. Nous avons besoin de responsables de qualité, de visionnaires, de collectif si nous voulons garantir à notre famille et nos jeunes dirigeants la possibilité de représenter le Centre demain.

J'en appelle donc aux responsables politiques du Centre, du PR, du NC, du MODEM, de l'AC, de la GM à se mettre ENFIN autour d'une table et à penser à ceux qui les succéderont.
Et si ceux là ne devaient toujours pas réaliser leur erreur, alors, ce sera à nous, militants, jeunes, dirigeants non élus des fédérations de prendre des initiatives.

jeudi 7 juin 2012

5 Raisons de voter pour les candidats du « Centre pour la France »

1) Des candidats intègres :

On parle beaucoup de moralisation de la vie politique (thème qui fut le fer de lance de la campagne de François Bayrou !!) Mais celle-ci est-elle vraiment à l’oeuvre ?
Lorsque l’on voit les condamnations de nos élus, il y a de quoi en douter !! RAS concernant le casier judiciaire des candidats du « Centre pour la France ». Et pour prouver leur engagement pour une République plus morale, ils ont signé la charte anticor, l’association qui lutte contre la corruption notamment en politique ! Parce que pour nous, l’intégrité n’est pas un vain mot.

2) Des candidats engagés :

On peut dire que nos candidats du « Centre pour la France » dans les Alpes-Maritimes, s’y connaissent en engagement militant, qu’il soit politique ou associatif !!
Militant centriste depuis de nombreuses années, Christian Razeau est également un fervent militant de la cause animale « luttant » ainsi « contre toutes les souffrances faites aux plus faibles » explique-t-il sur son blog. Son « collectif animalier » fait toujours de nombreuses actions à Nice pour sensibiliser les personnes à la cause animale. Il est également le créateur de l’association « Quartiers de Nice », qui a permis de sauver des monuments du patrimoine niçois destinés à la destruction.
Se présentant comme un « gaulliste social », Marouane Bouloudhnine a toujours été fidèle à ses convictions et à ses valeurs… Au point d'exprimer son désaccord total avec la folie dépensière du maire de Nice, Christian Estrosi. Il est également un militant associatif soucieux du dialogue entre les religions, en tant que président fondateur de l’Amitié Judéo Musulmane des Alpes-Maritimes et de la fédération MOSAÏC, qui représente la France dans toute sa diversité.

3) Des candidats issus de la société civile et donc proches des préoccupations des électeurs :

Nos trois candidats sont immergés dans le monde du travail, contrairement à la plupart des hommes politiques qui n’exercent plus (ou si peu !) leur profession depuis longtemps. Et ça fait toute la différence ! Comment une personne faisant une carrière politique peut-elle prétendre être « proche du peuple » alors qu’il ne partage pas leur quotidien ? C’est parce que, à l’instar de Marouane Bouloudhnine dans son cabinet médical, ils côtoient « les gens qui souffrent », qui sont dans la détresse sociale, c’est parce qu’ils font partie, eux aussi, de cette « majorité silencieuse » aspirant à un vrai changement, qu’ils sont à même de défendre les intérêts des Français.

4) Des candidats enracinés, amoureux de leur territoire

Avec nos candidats du « Centre pour la France », il n’est pas question de parachutage ! Oh non !! Niçois de souche, Christian Razeau est tout aussi attaché à la terre niçoise qu’à ses racines ! Quant à Marouane Bouloudhnine et Gildas Dupré, Niçois d’adoption, ils montrent chaque jour leur attachement à leur territoire à travers leurs actions sur le terrain. Quoi de mieux qu’un député connaissant sa circonscription, les atouts (à améliorer)et les défauts (à corriger) de celle-ci comme sa poche ? Nous on ne voit pas !!

5) Des candidats au-delà des partis, pour l’intérêt de la France

La démarche du « Centre pour la France » est sans doute une première historique dans l’histoire politique française : proposer au suffrage des citoyens des députés affranchis des deux partis dominants, qui ne soient pas obligés de voter en fonction de leur « clan », et peu importe, au fond, si la mesure votée est bonne ou non !
Ni « béni oui oui », ni opposition de principe, voilà ce qu’ils seront !
Soyons clairs : le peuple français a choisi le 6 mai dernier un président de gauche. François Bayrou n’a jamais caché ses réserves quant au programme économique que proposait le candidat Hollande. Nous sommes persuadés que les années qui vont suivre vont être déterminantes pour l’avenir du pays ! Les questions de la dette et de l’Europe notamment vont devoir rapidement être mises sur la table par le pouvoir en place. C’est là que nous avons un rôle à jouer ! Nous accompagnerons les décisions courageuses du gouvernement pour réformer notre pays, et nous nous opposerons avec autant de liberté aux mesures faisant enfler une facture de plus en plus lourde à payer pour chaque Français !

Le seul intérêt des candidats du « Centre pour la France », ce n’est pas que « la gauche » ou que « la droite » gagne, mais bel est bien que la France gagne !!!

Alors VOTEZ LE CENTRE POUR LA FRANCE !

affiche-marouane-bouloudhnine.png

vendredi 1 juin 2012

La pétition du Centre pour la France

Signez la pétition du Centre pour la France !

NOUS, citoyennes et citoyens, engagés ou non dans l’action politique,

CONSIDERONS que la situation de la France est suffisamment périlleuse et l’avenir des Français suffisamment préoccupant pour rejeter toute confrontation stérile entre une gauche dogmatique et une droite revancharde.

AFFIRMONS que la cohabitation est aujourd’hui un luxe que la France ne peut plus se payer et qui nous mènerait tout droit dans l’impasse politique et le désordre social.

REFUSONS la concentration de tous les pouvoirs nationaux et territoriaux entre les mains d’un seul parti, quel qu’il soit, sans possibilité de contrôle ou d’amendements des projets présentés par l’exécutif.

SOUHAITONS la paix civile et la mise en commun des intelligences sans lesquelles il n’y aura pas de retour à la confiance, préalable indispensable à la croissance.

ENCOURAGEONS une union nationale dans le respect de l’identité de chacun afin de dégager, au terme d’un débat démocratique, des réponses constructives et réalistes aux immenses défis qui nous sont lancés.

APPROUVONS la constitution d’une force de conciliation et de proposition qui ne recherchera pas systématiquement l’échec des gouvernants mais privilégiera par le dialogue, l’innovation et la solidarité le succès de la France et l’intérêt des français.

Cette force que nous appelons de nos vœux porte un nom : LE CENTRE POUR LA FRANCE.

Vous êtes d’accord avec ce projet ? Alors retrouvez la pétition en ligne sur petitionduweb.com (rechercher la pétition : « il faut un Cenre pour la France ») et…
SIGNEZ !

samedi 19 mai 2012

Nos candidats du département aux Législatives

Voici nos 3 candidats du "Centre pour la France" aux législatives: Christian Razeau dans la 1ere circonscription, Marouane Bouloudhnine dans la 3e et Gildas Dupré dans la 5e.

Hommes de terrain et de convictions, ils sauront porter la voix du Centre et de l'intérêt général dans l'Hémicycle!!

Alors, avec Christian, Marouane et Gildas, EN AVANT LE CENTRE DANS LES ALPES-MARITIMES!!

Leurs blogs de campagne :

christian-razeau.fr

gildasdupre.blogspot.fr

marouane.fr

lundi 7 mai 2012

Réaction de François-Xavier Pénicaud, Président des Jeunes Démocrates, aux résultats de l’élection présidentielle

Ce dimanche 6 mai 2012, le peuple français a choisi de confier la fonction suprême de l’Etat à François Hollande. Les Jeunes Démocrates en prennent acte.

Nous observons que François Hollande obtient ce mandat, malgré des soutiens nombreux, diversifiés, et une campagne très droitière de son concurrent, à une majorité assez faible, avec l’un des taux de votes blancs ou nuls les plus importants de la Vème République, et un score cumulé des extrêmes approchant le tiers des suffrages exprimés au 1er tour.

Ceci illustre l’ampleur des défis, l’absence de dynamique collective majeure, et la difficulté qu’aura François Hollande à sortir de l’inertie. Il faudra pour se faire rassembler, et savoir transformer les peurs en une recherche d’espoir collectif crédible.

Si nous, humanistes, avons fait part de notre opposition aux dérives idéologiques de Nicolas Sarkozy, qui ne répondait pas non plus efficacement aux défis économiques, budgétaires, et sociaux, nous n’avons pas moins averti le président nouvellement élu des insuffisances de son programme que ce soit sur le plan économique, environnemental et surtout budgétaire.

François Hollande a conduit une campagne fondée sur le seul refus, légitime, des directions prises par le président sortant. Il ne pourra pas diriger de la même manière.

Il s’est appuyé sur une conception de la démocratie qui n’est pas la nôtre, où il a flatté les fantasmes plutôt que d’affronter les réalités. Il ne pourra pas diriger de la même manière.

Il lui appartient de prendre la mesure de sa fonction et des responsabilités majeures qui en découlent. Ce ne saurait être l’animation d’un camp. Ce ne saurait être le gouvernement par un camp, à tous les échelons, enfermé sur lui-même.

Dans ce contexte, la France aura besoin que se constitue une force centrale, large et rassemblée, à vocation parlementaire, éloignée des influences de tous les extrêmes, et porteuse du pluralisme qui fait qu’on gouverne par la raison et non sous les coups répétés de l’émotion et des besoins électoraux d’un camp contre l’autre.

Tant que François Hollande n’aura pas saisi la responsabilité historique qui est la sienne, et à chaque fois qu’il s’éloignera de l’intérêt général, nous nous devrons d’être une force d’opposition parlementaire et démocratique. Mais nous devons à la nation d’être une opposition constructive. Une opposition exigeante et vigilante capable de jouer le rôle de partenaire lorsque le Président de la République devra – car il le devra – faire les choix structurants du redressement des finances et de la relance de la capacité productive du pays. C’est alors dans l’unité nationale que les Français pourront puiser la force du sursaut.

Cette force centrale, j’ai la conviction qu’il est nécessaire qu’elle soit impulsée par les nouvelles générations, expliquant que c’est là que se trouve l’espoir des temps à venir.

Aussi, j’en appellerai à cette génération pour refuser de subir les temps qui s’ouvrent, mais à considérer qu’elle en a la responsabilité.

François-Xavier Pénicaud, Président des Jeunes Démocrates.
Membre du bureau exécutif du Mouvement Démocrate.

mardi 1 mai 2012

Un Centre uni, rien ne lui résiste.

Un Centre uni, rien ne lui résiste.

Alors que, en ce 1er mai, chaque corporation politique (UMP, FN... ) va faire son petit défilé, nous ne pouvons qu'être atterrés de voir que durant cette campagne présidentielle, les véritables sujets importants pour notre pays (la question de la dette, de l'Europe, etc...) ont été savamment éludés, pour faire place, une fois de plus (une fois de trop?), à une guerre sans merci entre les deux camps de droite et de gauche.

Certes, comme toujours en temps de crise, les extrêmes ont été plébiscités par des Français excédés de voir leur avenir s'assombrir de plus en plus. Cependant, tout aussi tentant que soit ce vote, il faut bien voir que les solutions « radicales » proposées ne sont nullement réalistes.

Alors que le PS compte sur les voix du Front de Gauche et que le président candidat se laisse emporter par le chant de la Sirène Marine, il apparaît urgent de lutter contre ces tentations populistes qui ne font au final que jeter de l'huile sur le feu d'un pays déjà mal en point.

Dimanche dernier, vous avez été trois millions à plébisciter le programme de François Bayrou. Cela suffit pour continuer le combat contre la démagogie des deux camps et contre le populisme des extrêmes. Cela suffit pour envisager de former une véritable force politique centriste, qui soit LE véritable point d'équilibre de notre vie politique, pour résister aux extrêmes.

Seul un centre uni peut nous permettre d'envisager sereinement la vie politique et sociale de notre pays en trouvant les VRAIES solutions qui permettront à la France de sortir de l'impasse !

UN CENTRE UNI, RIEN NE LUI RESISTE !

Victoria-Meï PHILIPPE

mardi 10 avril 2012

Débat à la fac Carlone organisé par les étudiants

Nous sommes heureux de participer à ce débat vendredi 13 avril 18h. Dors et déjà merci aux étudiants d'organiser un débat, ils sont si rares !

Rdv amphi 68 !

Extrait de l'invitation reçue  : "Ce genre de débat est une première à l'université à Nice qui compte près de 25821 étudiants, ce qui représente un grand potentiel électoral. Nous espérons que ce débat apportera des réponses aux questions fondamentales concernant les étudiants(chômage, emploi jeune, logement...)"

dimanche 1 avril 2012

Campus Bayrou done !

Au pub l'Akathor à Nice, cours Saleya, le "Campus Bayrou" s'est déroulé dans une ambiance détendue, conviviale... et musicale! ; )  Les protagonistes ont notamment bien accueilli les propositions faites par les Jeunes Démocrates sur l'orientation, le principal thème abordé durant cette soirée. Cela fut pour eux l'occasion de s'exprimer librement sur les difficultés qu'ils ont rencontré dans leur parcours de lycéen ou d'étudiant: conseillers d'orientations qui ne répondent pas du tout à leurs attentes, écart d'exigence trop important entre le lycée (où l'on est encore cocooné) et le supérieur, difficultés à rentrer dans le marché du travail...
Par la suite, les idées et les propositions ont fusé... Et nos Tweets de même!!
Le mot de la fin est revenu à Alexandre, l'un des participants: "Il faut réapprendre aux gens à rêver!"
A rêver... Et à réinventer la France de demain... Le temps d'une soirée, nous, nous l'avons fait!campus_bayrou_30032012.JPG

jeudi 29 mars 2012

C'est bien de savoir pour qui on vote, mais pour quoi c'est encore mieux !

comparacteur.politique.com

lundi 26 mars 2012

Campus Bayrou à Nice

Vous êtes étudiants  ? Retrouvez-nous :

Vendredi 30 mars à 18h
au bar l'Akhator
32 rue cours Saleya à Nice


Le but? Faire débattre les étudiants sur les mesures de François Bayrou pour les étudiants. Ceux-ci devront tweeter la 1ère mesure s'ils étaient élus présidents de la République. Tout un programme!

campus-bayrou.jpg

samedi 24 mars 2012

Un petit message sympa de Marouane Chamakh

"Comme beaucoup de jeunes, je m’intéresse à la politique. Aquitain et bordelais de cœur, j’ai déjà eu l’occasion d’affirmer mon engagement en soutenant mon ami Alain Cazabonne, Maire de Talence et en participant à la liste de Jean Lassalle pour les élections régionales.

Déjà en 2007 j’avais voté pour François Bayrou. Je suis plus que jamais en accord avec ses valeurs et j’apprécie la constance de son parcours. Je souhaitais tout simplement lui témoigner ma sympathie et mon soutien pour les élections. Bon courage à vous et à toute la Génération Bayrou."

Marouane Chamakh

mercredi 14 mars 2012

Les propositions de François Bayrou pour le numérique

1. Élaborer une stratégie nationale de développement, fondée sur l'expertise du Conseil national du numérique et de l'ensemble des acteurs concernés.

2. Créer une zone économique autonome dans le monde Internet, dans laquelle on expérimentera un certain nombre de règles mises en place les créateurs d’entreprises eux-mêmes.

3. Démultiplier le financement de l'innovation par des Assises du financement, des avantages renforcés pour les business angels sur le principe de ceux accordés aux fonds de capital risque, par des financements dédiés et une reconfiguration d'OSEO et du FSI.

4. Mettre en adéquation les formations diplômantes et développement des cursus courts (BTS, BEP) et les besoins du secteur, pour permettre aux Français de profiter de ce formidable gisement d'emplois.

5. Développer l'e-learning et l'éducation au numérique.

6. Adopter une démarche positive de respect du droit d'auteur, par le développement de l'offre de téléchargement légal à bas prix.

7. Construire une charte éthique, qui encadre et régule le développement et l'exportation des technologies numériques.

8. Créer un Haut Commissaire aux systèmes d'information de l'État, qui veille à une stratégie globale et à des économies d'échelle, en ce qui concerne les technologies utilisées par les ministères et les organismes publiques.

9. Faire de l'ouverture des données publiques non nominatives un droit garanti pour tous les citoyens et encourager les entreprises à ouvrir leurs données.

mardi 13 mars 2012

Extrait du nouveau livre de François Bayrou "La France solidaire"

"À chacun ses mots clés. Certains choisissent le changement. C'est un des mots les plus creux du vocabulaire politique. Un de ces mots qu'on appelle valise, sachant qu'on peut tout mettre à l'intérieur. Il m'est arrivé, à moi aussi, d'employer ce mot quand j'étais bien plus jeune. J'avais commencé la campagne de 2002 avec un beau slogan, La France humaine, que j'avais déployé sur les flancs du bus au colza avec lequel j'avais entrepris de faire campagne. Hélas ! Les Boeing d'al-Qaida frappèrent les tours jumelles, et la campagne perdit aussitôt son sens et son originalité. Alors, en désespoir de cause, j'écrivis sur mes affiches : Le changement. Le changement, c'est ce qu'on dit quand on n'a rien à dire, ou qu'on ne peut rien dire. Ou, pire, quand on ne veut rien dire, faute d'avoir une pensée cohérente, indépendante des sondages et de l'air du temps. Car le changement n'est rien en soi : des changements, il en est de bons et il en est de mauvais, et parfois de très mauvais.

D'autres choisissent La France forte. Ainsi ceux qui ont, ces dernières années, le plus affaibli notre pays et mis à mal ses valeurs se drapent dans l'invocation de son intégrité et de son rayonnement. Il y a plus de soixante ans, dans son grand roman visionnaire 1984, George Orwell inventait la novlangue. Une langue qui était faite pour que personne ne puisse décrire une autre réalité que celle que voulait imposer la police de la pensée. Les mots eux-mêmes servaient à dire le contraire de ce qu'ils cherchaient à signifier. La guerre, c'est la paix !, ou La liberté, c'est l'esclavage !, devaient scander tous les jours les habitants abêtis. Utiliser les mots pour signifier leur contraire : l'amputation de toute compréhension, la décérébration par la propagande. Ce qui a affaibli la France, c'est l'absence de lucidité, les directions erronées, la division des Français entre eux, la recherche perpétuelle de boucs émissaires. Tout cela a été pour notre pays régressif et agressif. Le style brutal pour, au bout du compte, ne rien faire, ou pas grand-chose. La mise en scène avec les grands de ce monde pour montrer combien l'on est grand soi-même. Tout cela, c'était le contraire de la France forte. Continuer avec les mêmes dans la même direction, c'est donc la ruine de notre force nationale.

Si l'on veut l'authentique force de la France, et si l'on veut un changement bienfaisant par rapport à la situation actuelle, alors il est une condition : refonder la solidarité de la nation et la placer au centre de son destin. [...]

On a entendu récemment deux déclarations particulièrement choquantes, venues d'un bord, mais qui auraient pu venir de l'autre. Recevant plusieurs centaines d'experts à la fin du mois de janvier, le candidat du PS leur a dit ceci : Je sais que beaucoup d'entre vous sont là pour les postes. Et ils ont raison, parce que des postes, il y en aura beaucoup... Et à la fin du mois de février : Ceux [des hauts fonctionnaires] qui sont liés au pouvoir actuel devront forcément laisser la place à d'autres.

C'est une corruption de l'esprit public, d'autant plus grave que l'opposition a, depuis des années, et à juste titre, et moi au premier rang, reproché à Nicolas Sarkozy de peupler la haute fonction publique de ses affidés et de ses obligés. Et pas seulement la haute fonction publique, mais aussi la haute fonction privée ! C'est justement une des raisons pour lesquelles les républicains de conviction ont refusé leur confiance, ont combattu à visage découvert ce régime d'arbitraire.

Je sais ce qu'on dit dans bien des milieux quand on aborde ces questions. On dit c'est comme ça partout, on dit c'est inévitable. Je prétends que la corruption des esprits n'est pas inévitable, et je prétends que l'État est plus fort si on le débarrasse de l'obligation d'allégeance et de soumission. Je veux des fonctionnaires libres, et parce qu'ils seront libres ils seront encouragés à être loyaux. La loyauté, ça commence par la confiance. C'est parce qu'il n'y a pas de confiance, et parce que ces moeurs règnent partout, que les échines deviennent souples et courbes, que la flagornerie isole les gouvernants, et qu'on ne voit partout que lèche et lâche.

[...] Tout ramener à l'affiliation à un parti ou à un courant de pensée, c'est faire injure à la liberté de pensée. Que le Parti socialiste affiche si ouvertement un sectarisme d'État, au moment même où il ambitionne le monopole de l'appareil d'État, il y a là une dérive que, je l'affirme, ni Jaurès, ni Blum, ni aucun des républicains qui ont fait la France n'aurait laissée passer sans vigoureux coups de pied au derrière des arrogants impétrants. Ces jeunes gens auraient eu du mal, par la suite, à s'asseoir."

Retrouvez la suite des extraits jeudi, en kiosque, dans Le Point n° 2061

vendredi 9 mars 2012

François-Xavier Pénicaud en débat à Nice-Matin!

Mardi 6 mars, le président des Jeunes Démocrates a débattu avec les jeunes des autres principaux partis politiques (UMP, PS et FN) sur le programme de notre candidat, François Bayrou.
Échange courtois mais animé...
Le temps fort: à la question du journaliste: "au second tour, François Bayrou a appelé à voter pour qui?"
François-Xavier répond: "il appellera à voter François Bayrou!"
Voilà! C'est dit!

photo.JPG

mercredi 7 mars 2012

Je veux le dire à tous les Français et au monde qui nous regarde : nous, l'Europe, nous l'aimons !

François Bayrou, discours de Strasbourg, le 6 mars 2012 :


"Mes chers amis,


J'ai doublement ou triplement chaud au cœur pour cette soirée avec vous à Strasbourg, mais je veux que mes premiers mots soient pour les centaines de personnes parmi toutes celles présentes ce soir, et notamment beaucoup de jeunes, qui n'ont pas pu entrer à l'intérieur de cette salle, qui ont dû rester devant les écrans dans le hall et à qui je voudrais que nous adressions un signe d'amitié en les applaudissant.

J'irai les voir, je le promets, à la fin. Vous resterez quelques minutes à votre place et j'irai les rencontrer pour leur demander de nous excuser de cette difficulté d'organisation, avec une salle trop petite pour le public, les citoyens qui nous ont rejoints.

J'ai chaud au cœur, car, comme Bernard Stoessel, l'a expliqué et Yann Wehrling aussi, de même que Nathalie Griesbeck, nous avons ce soir le sentiment d'une famille qui se retrouve et qui se rassemble après des péripéties ; mais c'est normal de vivre des péripéties quand on est une famille politique qui croit profondément, qui a des convictions profondes et qui traverse les tempêtes politiques sans rien céder. [...]"

La suite et plein d'autres choses formidables sur bayrou.fr !

mardi 6 mars 2012

La réforme fiscale de Bayrou est plus juste et efficace que la réforme Hollande

impots-bayrou-hollande.png

samedi 3 mars 2012

Appel au rassemblement avec François Bayrou en 06

Jean Icart, Conseiller général Conseiller Métropolitain et Conseiller municipal vient d'annoncer son soutien à François Bayrou. Je veux saluer son courage.

Alors que des contacts politiques se multiplient depuis des semaines, à quelque jours de l'appel de 20 Sénateurs en faveur de François Bayrou, je me fais le porte-voix auprès des élus et personnalités publiques de notre Département. Lassés des bagarres dignes de cour de récréation, nos concitoyens ressentent un vrai besoin de débats d'idées et de rassemblement pour préparer les solutions du quotidien, et non pas d'élus inspirés par leur seul soucis de carrière, prêts à sacrifier leurs valeurs et leurs convictions.

Je lance cet appel pour créer également dans les Alpes-Maritimes une majorité de rassemblement et de courage pour sortir la France des crises. Ce rassemblement se construira autour de chaque citoyen considéré, mais pas "clientèlisé", avec des leaders intègres et courageux : Un Pays uni, rien ne lui résiste, un Département rassemblé, rien ne lui est impossible !

vendredi 2 mars 2012

Sarkhollandisation des médias : la preuve

sarkhollandisation-medias.jpg

Même dans les émissions politiques, les analystes plutôt sympathiques avec Bayrou tels qu'Olivier Mazerolle oublient des propositions majeures comme la création d'un commissariat au plan, tellement ils sont abreuvés de Sarkozy et Hollande. Alors les citoyens qui en majorité attendent (légitimement) que l'information arrive toute seule...

mardi 28 février 2012

Colonne Morris nous voilà !

Affiche Bayrou 2012

Voici l'affiche de campagne 2012 : Sobre et réaliste comme le programme. Smart comme le candidat. Corporate comme l'équipe de campagne (... et le futur gouvernement d'union nationale).

Profitons-en pour rappeler que nous serons nombreux dans tout le département à coller pendant nos temps libres cette affiche sur les emplacements pour affichage libre. Nous disons NON à l'affichage sauvage et à la dégradation de notre environnement, comme à chaque campagne, même si ces emplacements libres sont bien rares, voir inexistants comme à la fac de droit.

Tous à vos balais ! C'est parti !

- page 1 de 3