Message de Jérémy Coste (Nouveau Centre), au lendemain du premier tour des législatives


Réflexion sur la situation du Centre...

En ce lendemain de 1er tour, je tiens à féliciter tous les candidats centristes éliminés ou qui se sont maintenus. A ces derniers, je leur souhaite bonne chance pour l'emporter dimanche 17 juin.

Mais la réussite des uns ne doit pas nous aveugler et faire oublier la difficulté des autres à exister.
L'enseignement que j'en tire quand j'observe les difficultés de faire campagne avec si peu de moyen, de visibilité et de militants, ou que des candidats de grands partis font des scores à 2 chiffres sans connaitre leur circo, c'est qu'un parti puissant est nécessaire pour être entendu.

Les électeurs ont besoin de repères. Force est de constater que les candidats des partis centristes dans leur très grande majorité paient la division de nos ainés en ne parvenant pas, la plupart du temps, à dépasser 5%.
C'était justement pour éviter de vivre cela que mon intuition m'a poussé à dialoguer avec tous. Cela fait 2 ans que je me bats pour que la famille centriste se rassemble.

D'abord autour des Jeunes, puis des ainés au moment de la présidentielle quand j'ai souhaité que NC, PR et MODEM trouvent un terrain d'entente au-delà des égos.

Aujourd'hui, le Centre qu'il soit de centre-droit ou indépendant, est absent et ridiculisé. Car soit nous gagnons uniquement grâce à l'UMP (qu'on peut remercier...) soit nous faisons des scores en deçà des 5%. Autant dire, des scores qui n'inspirent pas confiance.

Il est donc incontestable que les choix et les stratégies de nos dirigeants atteignent leurs limites.

Nous, les nouvelles génération centristes, nous les militants, nous les dirigeants des fédérations, nous qui souhaitons faire vivre notre famille, nous voulons que ces derniers agissent avec responsabilité et qu'ils ouvrent les yeux.

On ne construit pas un parti et une famille politique uniquement sur quelques députés sortants. Nous avons besoin de responsables de qualité, de visionnaires, de collectif si nous voulons garantir à notre famille et nos jeunes dirigeants la possibilité de représenter le Centre demain.

J'en appelle donc aux responsables politiques du Centre, du PR, du NC, du MODEM, de l'AC, de la GM à se mettre ENFIN autour d'une table et à penser à ceux qui les succéderont.
Et si ceux là ne devaient toujours pas réaliser leur erreur, alors, ce sera à nous, militants, jeunes, dirigeants non élus des fédérations de prendre des initiatives.